Sharry Aiken (Co-Editor-in-Chief)

Sharry Aiken is an associate professor in the faculty of law at Queen’s University where she teaches immigration law, international refugee law, international human rights law, and administrative law. She has taught international refugee law at the American University in Cairo, and international criminal law in Osgoode’s professional LLM program. She is a two-time winner of the Queen’s LSS Award for Teaching Excellence. Prior to her appointment at Queen’s, Sharry practiced immigration and refugee law with legal aid clinics in Toronto (South Etobicoke Community Legal Services and the Refugee Law Office) and in private practice. She served as Editor-in-Chief of Refuge for ten years (2001-2011), transforming the journal from its original newsletter format to a peer reviewed, open access publication with SSHRC funding.

Professor Aiken has spent a great deal of her career advocating for human rights and social justice. A past president of the Canadian Council for Refugees and past co-chair of the Canadian Centre for International Justice, Sharry continues to be actively engaged in research and advocacy on refugee, immigration and access to justice issues. She is co-author of Immigration and Refugee Law: Cases, Materials and Commentary (Emond Montgomery), as well as the monograph, “Migration Law in Canada” in International Encyclopedia of Laws (Wolters Kluwer).

Sharry Aiken est professeure agrégée à la Faculté de droit de l’Université Queen’s où elle enseigne le droit de l’immigration, le droit international relatif aux réfugiés, le droit international des droits de l’Homme ainsi que le droit administratif. Avant sa nomination à l’Université de Queen’s, Sharry a pratiqué le droit de l’immigration et des réfugiés auprès de cliniques d’aide juridique à Toronto (South Etobicoke Community Legal Services et au Refugee Law Office) et en pratique privée. Elle a été rédactrice en chef de Refuge entre 2001 et 2011, transformant la Revue de son format originel de bulletin d’information à une revue à comité de lecture, à libre accès, et financé par le CRSH.

Ancienne Présidente du Conseil canadien pour les réfugiés et actuelle co-présidente du conseil d’administration du Centre canadien pour la justice internationale, Sharry demeure activement impliquée dans la recherche et le plaidoyer sur les enjeux touchant aux réfugiés, à l’immigration, et à l’accès à la justice. Elle est coauteure de l’ouvrage Immigration and Refugee Law : Cases, Materials and Commentary (Edmond Montgomery), dont la révision est actuellement en cours pour la 3e édition, et de la monographie « Migration Law in Canada » dans International Encyclopedia of Laws (Wolters Kluwer).


PKI JournalJames Hendry (Co-Editor-in-Chief)

James Hendry is a lawyer who was in private practice until becoming counsel to the Canadian Human Rights Commission in 1984. He joined the Department of Justice in 1989 where he was General Counsel until retirement in 2011 working in civil Charter social policy review, specializing in equality rights, and human rights legislation and human rights act design. He was Research Director with the Canadian Human Rights Act Review Panel and a Visiting Scholar at Harvard Law School on a Canada-U.S. Fulbright Scholarship studying equality rights. He has published extensively on Canadian and comparative constitutional issues and has lectured in Canada, Spain, South Africa, the United States and Hong Kong. He has taught Constitutional Law and Charter at the University of Ottawa, Faculty of Law and currently co-teaches a course on “Writing for Social Justice.” He has lectured on the Charter, International Human Rights and Aboriginal Rights at Carleton University. He was an Editor and the Editor in Chief of Federated Press’ Charter and Human Rights Litigation journal from 1993 to 2016.

James Hendry est un avocat qui travaillait en pratique privée avant de devenir conseiller juridique à la Commission canadienne des droits de la personne en 1984. Il a joint le ministère de la Justice en 1989 où il était avocat général jusqu’à sa retraite en 2011, travaillant à l’examen des politiques sociales de la Charte au civil, se spécialisant en droits à l’égalité, ainsi qu’en lois et en conception législative en matière de droits de la personne. Il était le Directeur de recherche du Comité de révision de la Loi canadienne sur les droits de la personne, et chercheur invité à la Faculté de droit de l’Université Harvard où il a étudié les droits à l’égalité dans le cadre de la Bourse Fulbright Canada-États-Unis. Il a grandement publié sur des enjeux constitutionnels canadiens et comparatifs, et a mené des séminaires au Canada, en Espagne, en Afrique du Sud, aux États-Unis, et à Hong Kong. Il a enseigné le droit constitutionnel et la Charte à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, et il co-enseigne actuellement un cours intitulé « Writing for Social Justice ». Il a donné des conférences sur la Charte, le droit international des droits de la personne, et les droits des peuples autochtones à l’Université Carleton. Il était rédacteur et rédacteur en chef de la revue Federated Press’ Charter and Human Rights Litigation de 1993 à 2016.


PKI JournalMatt Eisenbrandt

Matt Eisenbrandt has nearly two decades of experience in the field of international justice, and he is one of Canada’s leading experts on universal jurisdiction prosecutions and corporate accountability for human rights violations. Matt is currently the Director of Transnational Investigations for Camp Fiorante Matthews Mogerman LLP, with a focus on the law firm’s cases in British Columbia against Canadian mining companies for alleged human rights abuses connected to their overseas operations. Matt was previously the Legal Director for the Canadian Centre for International Justice, where he spent nine years overseeing the organization’s casework on behalf of survivors seeking justice for torture, war crimes, and other atrocity crimes. He earlier served as the Legal Director for the Center for Justice & Accountability (CJA), a U.S.-based group that holds human rights abusers accountable through legal cases, particularly under the Alien Tort Statute. Among other cases, Matt was a member of the trial team in a lawsuit against a man from El Salvador for his role in the death-squad murder of beloved archbishop Oscar Romero. The case about Romero, who was canonized in the Vatican in 2018, is the subject of Matt’s award-winning book Assassination of a Saint. Matt has a J.D. from the University of Virginia School of Law and B.A. degrees in Latin American Studies and History from the University of Illinois at Urbana-Champaign.

Matt Eisenbrandt possède plus de 15 années d’expérience dans le domaine de la justice internationale, et est un expert canadien éminent sur la question de compétence universelle lors de poursuites pénales et sur la responsabilité des entreprises pour des violations des droits de la personne. Matt est actuellement le consultant spécial pour Camp Fiorante Matthews Mogerman sur les causes du cabinet ayant trait aux entreprises et aux droits de la personne, incluant deux poursuites contre des compagnies minières canadiennes pour des allégations d’abus liés à leurs opérations à l’étranger. Matt est également Conseiller spécial pour le Centre canadien pour la justice internationale (CCJI), où il a supervisé, pendant neuf ans, les dossiers de l’organisation au nom de survivants qui réclament justice pour des violations sérieuses des droits de la personne. Avant de se joindre à l’équipe du CCJI, M. Eisenbrandt a occupé le poste de Directeur juridique du Center for Justice & Accountability (CJA), un organisme sans but lucratif dont le siège est aux États-Unis et dont la mission est de prévenir la torture et d’autres violations des droits de la personne en aidant les survivants à poursuivre en justice les responsables des crimes. Pendant plus de cinq ans, il a été avocat en chef de l’organisme lors de plusieurs procès fédéraux, incluant celui d’un ex-capitaine des forces aériennes pour son rôle dans l’assassinat de l’archevêque du San Salvador, Oscar Romero. Matt est l’auteur de Assassination of a Saint, un livre sur le meurtre de l’archevêque Romero et sur l’enquête qui s’y rattache. Il a obtenu son J.D. de la Faculté de droit de l’Université de Virginie, et son B.A. en études de l’Amérique latine et d’histoire de l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign.


Pearl EliadisPearl Eliadis

Pearl Eliadis is a human rights lawyer in Montreal. She serves as President of the Quebec Bar Association's Human Rights Committee and is designated as an expert in human rights and in post-conflict societies by the United Nations Development Programme. Pearl has successfully led complex, global projects dealing with national human rights institutions for 20 years, and has worked with the UN, the European Commission and the OSCE on wide a range of human rights issues in China, Ethiopia, Nepal, Rwanda, Sri Lanka, Sudan, Tajikistan and Timor-Leste. Pearl serves as Full Member of the McGill Centre for Human Rights and Legal Pluralism and as Adjunct Professor at McGill’s Law Faculty. She is cross-appointed to the Max Bell School of Public Policy and has published extensively on human rights and public policy. Her monograph Speaking Out on Human Rights: Debating Canada’s Human Rights System, won the Huguenot Society of Canada Award for freedom of expression and conscience in 2015. She also serves as a senior fellow of the Raoul Wallenberg Centre for Human Rights and was named a Human Rights Changemaker by Equitas in 2017. She is also a member of the Law Society of Ontario. Pearl received her common law and civil law degrees from McGill University and a B.C.L. (Oxon.) from the University of Oxford.

Pearl Eliadis est coprésidente du Centre canadien pour la justice internationale et est une avocate en droits de la personne de renommée mondiale qui dirige son propre cabinet à Montréal. Elle travaille principalement auprès de clients institutionnels et d’organisations multilatérales, incluant les Nations Unies, les institutions et agences européennes, certaines ONG, ainsi que des institutions nationales. Pearl est désignée par le PNUD comme experte en matière de droits de la personne et en situations post-conflit, et elle enseigne à la Faculté de droit de l’Université McGill. En tant que membre titulaire au Centre pour les droits de la personne et le pluralisme juridique, elle a publié de nombreux ouvrages sur les institutions en droits de la personne et sur des enjeux de politiques publiques qui s’y rattachent. Son livre Speaking Out on Human Rights : Debating Canada’s Human Rights System (MQUP, 2014) a remporté le prix de la Société Huguenot du Canada en 2015. Mme Eliadis est aussi Présidente du Comité sur les droits de la personne du Barreau du Québec (2013-) et détient une longue expérience d’implication auprès d’organisations communautaires et en droits de la personne. Elle a remporté de nombreux prix, y compris la Médaille du Jubilé d’or de Sa Majesté la Reine Elizabeth II, et a été nommée Human Rights Changemaker par Equitas en 2017.


kirsch_logoVanita Goela

Vanita Goela has been Crown Counsel with the Public Prosecution Service of Canada since 2008. From 2002 to 2008, Vanita worked with the Department of Justice and in the private sector on public law files. Since completing an LLM, Vanita has published legal articles in the Dalhousie Law Journal and Charter and Human Rights Litigation. She is a former Contributing Editor for Charter and Human Rights Litigation. Vanita has also conducted pro bono research in Haiti on human trafficking and is a former coach, author and judge for the Laskin Moot.

Vanita Goela (B.A., Toronto 1995; LL.B., Dalhousie 2000; LL.M., Toronto 2008) est actuellement procureure de la Couronne auprès du Service des poursuites pénales du Canada (SPPC). Avant de se joindre au SPPC en 2008, elle a travaillé au sein des sections de droit public et de droit de l’immigration au ministère de la Justice, et a travaillé en litige en pratique privée. Entre 2003 et 2014, elle s’est impliquée auprès de la compétition de plaidoirie Laskin en occupant divers rôles : juge, mentore, auteure de problèmes de plaidoirie, et contributrice aux changements organisationnels. Elle a effectué de la recherche bénévole en Haïti sur le trafic humain et a publié des articles relatifs aux droits à l’égalité au Canada et en Inde. Elle est une ancienne rédactrice contributrice à la revue Federated Press’ Charter and Human Rights Litigation.


Gregory GordonGregory S. Gordon

Professor Gregory S. Gordon teaches at the Chinese University of Hong Kong Faculty of Law where he formerly served as Associate Dean (Development/External Affairs) and Director, Research Postgraduates Programme. He has coached the CUHK Jessup and ICC Moot teams. In 2019, his team took second place (out of 70 teams worldwide) at the ICC Moot Competition in The Hague. Prior to joining CUHK, he was a tenured faculty member at the University of North Dakota School of Law and Director of the UND Center for Human Rights and Genocide Studies. Not long after earning undergraduate and law degrees from Berkeley, he served as an attorney with the ICTR on the landmark “Media” cases, the first international post-Nuremberg incitement prosecutions of media executives. For this work, he received a commendation from U.S. Attorney General Janet Reno. He subsequently worked with the U.S. Department of Justice, serving, in sequence, as a street crime, white collar crime, organized crime and then human rights prosecutor (the latter for the Office of Special Investigations, the so-called “Nazi Hunters Unit”). While at DOJ, he was detailed to Sierra Leone to conduct a post-civil war justice assessment and served as a Special Assistant US Attorney for the District of Columbia. He has tried 24 cases in his career; 23 to a favorable verdict.

Professor Gordon has been featured on CNN, C-SPAN, NPR, the BBC and Radio France Internationale and was the BBC World News live television analyst for the announcement of the historic Charles Taylor trial verdict. A leading expert on incitement law, his work has been featured in an NPR broadcast by Academy Award-winning actor Morgan Freeman. His book Atrocity Speech Law: Foundation, Fragmentation, Fruition, proposing a new paradigm for international hate speech law, was published by Oxford University Press in 2017. In 2018, he won the Chinese University’s Research Excellence Award. Professor Gordon has trained Ethiopian federal prosecutors in Addis Ababa, prosecutors at the ECCC for the Khmer Rouge leadership trial, and attorneys and judges in Sarajevo for war crimes trials. Among other venues, he has presented his scholarship at the ICC, the U.S. Army J.A.G. School, the Harry S. Truman Presidential Museum and Library, and the U.S. Holocaust Memorial Museum. He is a Research Fellow with the International Centre for Law Research and Policy (CILRAP) and serves as a consultant for the International Nuremberg Principles Academy. For 2019-2020, he is writing a biography of Nuremberg prosecutor Benjamin Ferencz and is Visiting Fellow at the European University Institute and the Georgetown University Law Center.

Le professeur Gregory S. Gordon enseigne à la faculté de droit de l'Université Chinoise de Hong Kong (UCHK), où il a été auparavant Doyen Associé (Développement / Affaires Extérieures) et Directeur du Programme de Formation Postdoctorale. Il entraîné les équipes Moot de UCHK pour les concours Jessup et Cour Pénal International (CPI). En 2019, son équipe a remporté la deuxième place (sur 70 équipes dans le monde) au concours CPI à La Haye. Avant UCHK, il était professeur titulaire à la faculté de droit de l'Université du Dakota du Nord et directeur du Centre UND pour les Droits de l'Homme et les Études sur le Génocide. Peu après avoir obtenu son diplôme de premier cycle et son diplôme en droit à Berkeley, il a été avocat auprès du TPIR dans le cadre des affaires historiques «Médias», les premières poursuites internationales contre des responsables d'incitation à la haine post-Nuremberg. Pour ce travail, il a reçu une mention élogieuse du procureur général des États-Unis, Janet Reno. Il a ensuite travaillé pour le Ministère de la Justice des États-Unis, occupant successivement les fonctions de procureur des crimes de rue, crimes en cols blanc, crime organisé, puis de procureur des droits de l’homme (pour le Bureau des Enquêtes Spéciales, le soi-disant service des chasseurs des Nazis). Au Ministère de la Justice, il a été envoyé en Sierra Leone pour mener une évaluation post-guerre civile des approches potentielles pour la justice et il a exercé les fonctions de Procureur Spécial des États-Unis pour le District de Columbia. En tant que plaideur ou procureur, il a jugé 24 affaires au cours de sa carrière ; 23 d'entre eux à un verdict favorable.

Le professeur Gordon a comparu en tant qu'expert pour CNN, C-SPAN, NPR, BBC et Radio France Internationale, et il a été l'analyste en direct de la télévision sur BBC World News pour l'annonce du verdict du procès historique de Charles Taylor. Spécialiste mondial du droit de l'incitation, son travail universitaire a été présenté dans l'émission NPR diffusée par Morgan Freeman, acteur primé aux Oscars. Son livre Atrocity Speech Law: Foundation, Fragmentation, Fruition, proposant un nouveau paradigme pour le droit international du discours de haine, a été publié par Oxford University Press en 2017. En 2018, il a remporté le Research Excellence Award de l’Université Chinoise. Le professeur Gordon a formé des procureurs fédéraux éthiopiens à Addis-Abeba, des procureurs aux CETC pour le procès contre la direction des Khmers rouges et des avocats et juges à Sarajevo pour des procès pour crimes de guerre en en ex-Yougoslavie. Il a notamment présenté ses travaux académiques à la Cour Pénale Internationale, l’école US Army J.A.G., le musée- bibliothèque présidentiel Harry S. Truman, ainsi que le musée commémoratif américain de l’Holocauste. Il est chercheur au Centre international de recherche sur le droit et les politiques (CILRAP) et est consultant pour l’Académie internationale des principes de Nuremberg. Pour 2019-2020, il rédige une biographie du procureur à Nuremberg Benjamin Ferencz et il est chercheur invité à l'Institut Universitaire Européen et au Centre de Droit de l'Université de Georgetown.


Johanne Levasseur

Johanne Levasseur spent most of her professional career as a lawyer with the Department of Justice of Canada. She worked for several years in immigration and refugee law and then in human rights law in Montreal and Ottawa. After graduating from the Graduate Institute of International Studies in Geneva with a graduate degree in international law, she specialized in international human rights law. She has also acted as Regional Legal Advisor for Humanitarian Law Advisory Services of the International Committee of the Red Cross (ICRC). In this capacity, she advised several national authorities on measures to implement international humanitarian law.

Johanne Levasseur a fait la plus grande partie de sa carrière professionnelle comme avocate au sein du ministère de la Justice du Canada. Elle a travaillé plusieurs années en droit de l’immigration et des réfugiés puis en droits de la personne, à Montréal et à Ottawa. Après avoir obtenu un diplôme d’études supérieures en droit international à l’Institut des Hautes études internationales à Genève, elle s’est spécialisée en droit international des droits de la personne. Elle a aussi agi comme conseillère juridique régionale pour les Services consultatifs en droit humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). A ce titre, elle a conseillé plusieurs autorités nationales sur les mesures de mise en œuvre du droit international humanitaire.


Sylvie McCallum Rougerie

Sylvie McCallum Rougerie joined the Human Rights Law Section as counsel in 2014. Her practice is focused primarily on international human rights law and ss. 7-15 of the Charter. Prior to joining HRLS, Sylvie was counsel with the Family, Children and Youth Policy Section, and articled with Justice’s Legal Excellence Program. She has a long-standing interest in the rights of women and girls and has pursued this interest working with human rights organizations in Kenya and Bangladesh. Sylvie holds a J.D. degree from the University of Toronto and an LL.M. in Advanced Studies in European and International Human Rights Law from Leiden University. Her graduate work was awarded the 2017 Thoolen NJCM-Dissertation Prize by the Dutch Section of the International Commission of Jurists. She is a member of the Law Society of Ontario.

Sylvie McCallum Rougerie s’est jointe à la Section des droits de la personne comme avocate en 2014. Ses champs d’expertise comprennent principalement le droit international des droits de la personne et les articles 7 à 15 de la Charte. Avant de se joindre à la SDP, Sylvie était avocate à la Section de la famille, des enfants et des adolescents, et a complété son stage avec le programme d’excellence pour les avocats. Elle a un intérêt marqué pour les droits des femmes et des filles, et a poursuivi cet intérêt en travaillant avec des organismes de défense des droits au Kenya et au Bangladesh. Sylvie possède des diplômes de l’Université de Toronto (J.D.) et de l’Université Leiden (LL.M. en études avancées en droit européen et international des droits de la personne). Sa thèse de maîtrise a reçu le prix Thoolen NJCM-Dissertation en 2017, accordé par la section néerlandaise de la Commission internationale de juristes. Elle est membre du Barreau de l’Ontario.


PKI JournalJoseph Rikhof

Globally-recognized as an expert in international criminal law, Dr. Joseph Rikhof was with the Crimes Against Humanity and War Crimes Section of the Canadian Department of Justice until his retirement in 2017 and is an adjunct professor in the Faculty of Law at University of Ottawa, where he teaches International Criminal Law. Dr. Rikhof was a visiting professional with the International Criminal Court in 2005 and Special Counsel and Policy Advisor to the Modern War Crimes Section of Canada’s Department of Citizenship and Immigration between 1998 and 2002. Dr. Rikhof lectures around the world on organized crime, terrorism, genocide, war crimes, and crimes against humanity. He has over 50 publications including the following books: International Criminal Law; A Theory of Punishable Participation in Universal Crimes (with Terje Einarsen, 2018); International and Transnational Criminal Law (with Robert J. Currie, 2013); and The Criminal Refugee: The Treatment of Asylum Seekers with a Criminal Background in International and Domestic Law (2012). Dr. Rikhof received a PhD from the Irish Center for Human Rights in Galway, a LL.B degree from McGill University, a Diploma in Air and Space Law from McGill University and a BCL from the University of Nijmegen in The Netherlands.

M. Joseph Rikhof est professeur auxiliaire à la Faculté de droit commun de l'Université d'Ottawa, où il enseigne le cours de droit pénal international. Jusqu'à sa retraite au début de 2017, il était également conseiller principal à la Section des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre du ministère fédéral de la Justice. Son expertise concerne le droit lié au génocide, aux crimes de guerre et aux crimes contre l'humanité, en particulier tel qu'il est pratiqué au niveau national et dans le contexte du droit de l'immigration et des réfugiés. Il a donné des conférences sur les mêmes sujets sur tous les continents. Il a plus de 50 publications, dont les ouvrages suivants: Le réfugié criminel: le traitement des demandeurs d'asile ayant des antécédents criminels en droit international et national (2012); en tant que co-auteur avec Robert Currie, Droit pénal international et transnational, Deuxième édition (2013); et en tant que co-auteur avec Terje Einarsen, Une théorie de la participation punissable à des crimes universels, (2018). Docteur Rikhof est titulaire d'un doctorat du Irish Centre for Human Rights de Galway, d'un baccalauréat en droit de l'Université McGill, d'un diplôme en droit aérien et spatial de l'Université McGill et d'un BCL de l'Université de Nimègue aux Pays-Bas.


PKI JournalDarryl Robinson

Darryl Robinson is an Associate Professor at Queen's University Faculty of Law. His research seeks to develop a humanistic system of international justice, which is fair in its treatment of individuals, mindful of competing societal goals, and inclusive of diverse global perspectives.

Professor Robinson was a Hauser Scholar at New York University School of Law and a Gold Medalist at Western University Faculty of Law. After clerking at the Supreme Court of Canada, he served as an international lawyer at Foreign Affairs Canada (1997-2004), working on international criminal, humanitarian, and human rights law. His work in the creation of the International Criminal Court and Canada’s war crimes legislation earned him a Minister's Citation and a Minister's Award for Foreign Policy Excellence. He served as an adviser in the International Criminal Court Office of the Prosecutor from 2004 to 2006. Professor Robinson has received several research grants, particularly on the study of crimes against humanity, and is a member of a $2.5 million SSHRC partnership on strengthening international justice. He was the 2013-14 recipient of the Antonio Cassese Prize for International Criminal Legal Studies.

Darryl Robinson est professeur agrégé à la Faculté de droit de l'Université Queen's. Ses recherches visent à développer un système humaniste de justice internationale, qui est juste dans son traitement des individus, conscient des objectifs sociétaux concurrents, et incluant des perspectives mondiales diverses.

Le professeur Robinson a été boursier Hauser à la New York University School of Law et médaillé d'or à la Faculté de droit de l'Université Western. Après avoir été auxiliaire juridique à la Cour suprême du Canada, il a été avocat international aux Affaires étrangères Canada (1997-2004), où il a travaillé en droit international, notamment en droit criminel, droit humanitaire et droit de la personne. Son travail dans la création de la Cour pénale internationale et de la législation canadienne sur les crimes de guerre lui a valu une citation du Ministre et un prix du Ministre pour l'excellence en matière de politique étrangère. Il a été conseiller au Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale de 2004 à 2006. Le professeur Robinson a reçu plusieurs subventions de recherche, en particulier sur l'étude des crimes contre l'humanité, et est membre d'un partenariat de 2,5 millions de dollars du CRSH sur le renforcement de la justice internationale. Il a reçu le Prix Antonio Cassese 2013-2014 pour les études juridiques criminelles internationales.


PKI JournalIrit Weiser

Irit Weiser has spent most of her career with the federal Department of Justice. She was Senior General Counsel and Head of Legal Services for Health Canada and the Public Health Agency of Canada. She provided legal, policy and strategic advice to senior levels of government in regard to various health-related matters, including the Canada Health Act, food and drug regulation, quarantine, and tobacco. Prior to heading up Health Legal Services, Irit was General Counsel and Director of the Human Rights Law Section of the Department of Justice. She provided legal and policy advice, and litigation support on the Canadian Charter of Rights and Freedoms, the Canadian Human Rights Act and international human rights law. Before joining the Department of Justice, Irit worked for the Lawyers Committee for Human Rights in New York. She has also taught International Human Rights at the Faculty of Law of the University of Ottawa. Finally, she has written articles and presented papers on international human rights matters, the Canadian Charter of Rights and Freedoms, and health law. Since retiring, Irit has become involved in a number of pro bono activities, including providing legal assistance to private sponsors through the Refugee Sponsorship Support Program. She is also a member of the Research Ethics Board of the Ottawa Health Science Network, the Council of the Royal College of Physicians and Surgeons of Canada, and Royal College International.

Irit Weiser a mené une longue carrière au sein du ministère de la Justice. Elle était avocate générale principale et cheffe d’équipe des Services juridiques pour Santé Canada et pour l’Agence de la santé publique du Canada. Elle a fourni des avis juridiques, stratégiques et en matière de politiques publiques à de hautes instances gouvernementales sur divers enjeux relatifs à la santé, incluant la Loi canadienne sur la santé, la règlementation sur les aliments et drogues, les mesures de quarantaine, et le tabac. Avant d’être responsable des Services juridiques en matière de santé, Irit a été avocate générale et Directrice de la Section des droits de la personne du ministère de la Justice. Elle a fourni des conseils juridiques et en matière de politiques publiques, et a assuré un appui en litige au sujet de la Charte canadienne des droits et libertés, de la Loi canadienne sur les droits de la personne, et du droit international des droits de la personne. Avant de rejoindre le ministère de la Justice, Irit a travaillé pour le Lawyers Committee for Human Rights à New York. Elle a aussi enseigné le droit international des droits de la personne à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Enfin, elle a rédigé des articles et a présenté des essais en droit international des droits de la personne, sur la Charte canadienne des droits et libertés, et en droit de la santé. Depuis qu’elle a quitté ses fonctions, Irit s’est impliquée dans plusieurs activités bénévoles, notamment en offrant un appui juridique aux parrainages privés par l’entremise du Programme d’appui au parrainage de réfugiés. Elle est également membre du Conseil d’éthique de la recherche du réseau de science de la santé d’Ottawa, du Conseil du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et du Collège royal international.


PKI JournalMalliha Wilson

Malliha Wilson is senior partner at Nava Wilson LLP, specializing in litigation (information on the firm can be found at navawilson.law). Previously, she was special legal advisor at the Investment Management Corporation of Ontario, providing corporate and regulatory advice. She was also Assistant Deputy Attorney General, (Civil) in charge of all civil legal services for the Ontario government. She won the Osgoode Hall Law School Alumni Gold Key Award, Public Sector Category, and the Distinguished Career Award, South Asian Bar Association of Toronto. She was Senior Appellate Litigation Counsel with the Ontario government for more than 30 years with more than 20 notable cases at Supreme Court of Canada and Ontario Court of Appeal. As author and speaker, she has made more than 40 papers and presentations. She is dedicated to Human rights and Relief efforts in Sri Lanka in relation to the minority Tamil Community.

Malliha Wilson est associée principale chez Nava Wilson SENCRL où elle se spécialise en litige (pour plus d’informations au sujet du cabinet, consultez navawilson.law). Auparavant, elle était conseillère juridique spéciale pour la Société de gestion de placements de l’Ontario, fournissant des conseils en matière d’entreprise et de régulations. Elle a également occupé le poste de sous-procureure générale adjointe (civil), responsable des services juridiques au civil pour le gouvernement de l’Ontario. Elle s’est vue décerner le Osgoode Hall Law School Alumni Gold Key Award (catégorie du service public), le Distinguished Career Award du South Asian Bar Association de Toronto. Pendant plus de 30 ans, elle a été avocate-conseil d’appel principale en litige pour le gouvernement de l’Ontario, et a défendu plus de 20 causes notoires devant la Cour suprême du Canada et devant la Cour d’appel de l’Ontario. En tant qu’auteure et conférencière, elle a produit plus de 40 essais et présentations. Elle est dévouée aux droits de la personne et aux opérations de secours au Sri Lanka en ce qui a trait à la communauté minoritaire tamoule.